Erika Cupit : « Accompagner les étudiants a été une suite logique et une formidable opportunité »

Définition de la thématique, ateliers de suivi, sélection des projets…Tout au long de l’année, l’équipe du Syctom s’entoure de designers professionnels pour structurer le concours Design Zéro Déchet. Aujourd’hui, rencontre avec l’une d’entre eux : Erika Cupit.

Photo de la designer Erika Cupit

Bonjour ! Pouvez-vous nous expliquer votre parcours en quelques mots ?

Je suis UX designer social et designer de service public. Après des études en design de produits, j’ai décidé de me spécialiser en innovation sociale pour répondre à des enjeux sociétaux (éducation, environnement, santé…). Pour cela, j’ai créé iun Designs, une agence de design et d’innovation sociale, ainsi que Novum Novem, une association spécialisée dans le design et le bien-vieillir.

Comment avez-vous rejoint l’aventure DZD ?

En 2016, j’ai découvert le concours Design Zéro Déchet en tant que participante. J’ai remporté le 3e prix avec le projet « Glean compost », un mobilier urbain pour glaner et composter les aliments invendus des marchés. Ensuite, j’ai été soutenue par le Syctom et le designer Franck Magné pour développer le projet à Vitry-sur-Seine. Puis en 2021 Thema Design m’a proposé de participer aux séminaires de suivi des projets du concours. Accompagner des étudiants a donc été une suite logique et une formidable opportunité.

Photo d'un atelier de co-design organisé par l'association Novum Novem.
"Avec les bénévoles de l’association Novum Novem, nous menons des actions auprès de maisons de retraite pour les accompagner dans l'amélioration des services et du cadre de vie de leurs résidents."

Quel est plus précisément votre rôle dans le concours ?

J’interviens pour mon expertise en design de produit et en innovation sociale. Et en particulier pour conseiller les étudiants participant sur leurs propositions lors de certains séminaires de suivi, réalisés auprès de plusieurs écoles.

Que retirez-vous de votre propre participation au concours DZD 2016 ?

Une fabuleuse expérience, qui m’a permis d’affirmer ma spécialisation en design autour d’enjeux sociétaux. Tout d’abord en ayant l’opportunité de concevoir un projet dans ce sens. Puis, l’accompagnement pour la concrétisation de Glean m’a permis de découvrir l’industrialisation d’un projet en design : l’évolution du projet, sa fabrication, les échanges avec les acteurs publics et associatifs…

Quels conseils donneriez-vous aux participants en général ?

Ce qui m’a été utile dans la conception de « Glean compost », c’est d’avoir bien défini mon contexte d’intervention, c’est-à-dire le marché, et les problématiques qui s’y posent, comme le gaspillage alimentaire. Je pense que plus le projet est « ancré » à partir d’observations de terrain et d’entretien avec les acteurs, puis les opportunités de design sont multiples et pertinentes.

Le Syctom,
l’agence métropolitaine des déchets ménagers

Premier opérateur public européen dans son domaine, le Syctom traite et valorise les déchets produits par les 6 millions d’habitants de 85 villes (Paris et proche banlieue), soit 10 % de la population française. Chaque année, 2,3 millions de tonnes de déchets sont pris en charge dans ses installations. En partenariat avec les acteurs du territoire, il innove au quotidien pour une gestion durable des déchets ménagers. En amont, le Syctom multiplie les actions de prévention et accompagne ses collectivités adhérentes afin de réduire les déchets produits sur leur territoire et de sensibiliser les usagers au tri.