Mathieu Lehanneur : « J’attends d’avoir une pointe de jalousie dans le ventre ! »

Mathieu Lehanneur est le parrain de la 9e édition du concours Design Zéro Déchet. Depuis une quinzaine d’années, il travaille sur des projets associant design, science et art « pour le mieux-être de ses utilisateurs ». Il partage sa vision de la thématique et ses attentes concernant les projets des candidats pour développer et réenchanter l’achat et la vente en vrac. Portrait et conseils de ce professionnel à l’avant-garde du design international.

Photo de Mathieu Lehanneur, designer et parrain du concours Design Zéro Déchet 2021

En plus des partenaires Réseau Vrac et le Groupement Mousquetaires, les participants du concours DZD 2021 seront accompagnés par le designer Mathieu Lehanneur. En tant que parrain, il sera également le Président du jury qui se tiendra au printemps prochain pour choisir les lauréats. Aujourd’hui Chief Design de Huawei, cet ancien étudiant de l’ENSCI – Les Ateliers (Paris) embrasse tous les champs de création : architecture, art, produit, technologie… « Parce que je n’ai jamais voulu me spécialiser dans quoi que ce soit, et je ne veux toujours pas d’ailleurs ! », résume-t-il.

Un parcours éclectique avec l’écoconception comme fil rouge

Mais dans tous ses projets, quelque que soit leur nature, la question de l’écoconception ne se pose pas. « Je suis de la génération des designers pour qui l’enjeu n’est pas de multiplier sa création en des millions d’exemplaires, sans se poser la question de ce que ça deviendra, explique-t-il. L’écoconception est aujourd’hui pleinement intégrée, elle est comme un matériau auquel on n’a même plus besoin de réfléchir. » Il apporte donc cette expertise à des marques prestigieuses, mais également aux candidats du concours, qu’il aurait aimé faire en tant qu’étudiant : « l’enjeu n’est pas la belle forme, la belle photo, la belle histoire… » souligne Mathieu Lehanneur.

Et à plus forte raison pour le thème du vrac, pour lequel « il y a du travail ! » s’amuse-t-il. « Du mot « vrac » à la consommation, il faut repenser toutes les strates de l’histoire pour qu’il y ait une vraie cohérence et vraie attention, analyse Mathieu Lehanneur. Donc ce qu’il faut se demander, c’est comment garder l’identité vertueuse du vrac tout en en faisant quelque chose de désirable ? ». Il dresse un parallèle avec la mode en comparant le tout-emballé, facile et pratique, au prêt-à-porter ; et le vrac à un sur-mesure qu’il faut rendre infiniment désirable.

S’amuser, oublier et se déconnecter

Et Mathieu Lehanneur a trois conseils pour les candidats audacieux qui s’attèleront à rapprocher le vrac du sur-mesure. Tout d’abord : s’amuser. « C’est un sujet complexe, mais on si on n’y prend pas un vrai plaisir au moment l’imaginer, il y a peu de chance qu’à la fin on arrive à donner envie au jury et potentiellement ensuite aux futurs usagers », prévient-il. Ensuite, tenter d’oublier tout ce qui a déjà été fait dans ce domaine. Enfin, pour réinventer, rien de mieux que se déconnecter selon le designer. « J’éteins mon ordinateur, mon téléphone ; je ferme mes magazines, mes livres… et mes yeux, pour dérouler tout le scénario et me demander ce qui pourrait se produire. ».

Au terme de ces 5 mois de travail, le parrain de cette 9e édition aimerait qu’il y ait « quelques projets sur lesquels on se dise « comment ça se fait qu’on ne l’ait pas inventé avant ? » ou « il faut absolument le faire tout de suite ! », se projette Mathieu Lehanneur. Une création qui allie « l’immédiate intelligence, l’immédiate évidence de la réponse » tout en intégrant la complexité du sujet. Car dans de nombreux domaines, « il y a tout un tas de normes, de réglementations, d’information, de marketing…, rappelle le parrain. Qui ne doivent en aucun cas trop nous contraindre ! Bref, j’attends d’avoir une pointe de jalousie de ventre en découvrant les projets, en me disant « j’aurais adoré le faire ! » ».

Le Syctom,
l’agence métropolitaine des déchets ménagers

Premier opérateur public européen dans son domaine, le Syctom traite et valorise les déchets produits par les 6 millions d’habitants de 85 villes (Paris et proche banlieue), soit 10 % de la population française. Chaque année, 2,3 millions de tonnes de déchets sont pris en charge dans ses installations. En partenariat avec les acteurs du territoire, il innove au quotidien pour une gestion durable des déchets ménagers. En amont, le Syctom multiplie les actions de prévention et accompagne ses collectivités adhérentes afin de réduire les déchets produits sur leur territoire et de sensibiliser les usagers au tri.